Archives des humeurs du site (avant 2010)

juillet 2009. Je sors du ciné. enfin, ciné en plein air. Ça doit faire 5 ans que je suis pas allé au ciné. Je voulais donc parler un peu de mon nombril, pour changer un peu. Et puis finalement je me dis que ça n'a absolument aucune importance, mon boulot, mes envies d'espace, ma vie de célibataire trentenaire avec sa fille. Bref, vivement les vacances !
1 er aout : Ouais ! demains les vacances ! dans 15 jours plein de photos !

(janvier 2009) Ses 10 ans de présence sur internet, c'est aussi pour moi l'occasion de donner un p'tit coup de jeune au site. J'ai donc revu le look. j'ai beaucoup éclairci les pages. la tendance était en fait amorcée depuis longtemps ! J'ai refait une affiche (l'ancienne et tjrs là) avec la nouvelle tendance du site dans laquelle il n'y a plus l'éclaire de l'album Love Over Gold :-)

2008 marquera un tournant majeur dans l'idéologie des JO, après la fin de l'amateurisme il y a quelques années. C'est en effet l'année des J.O. de la Honte. Mais après tout, on leur vend des airbus, donc finalement… il ne se passe rien ;-) Ça me rappelle, que, scandalisé, j'avais créé cette page il y a quelques année.
22/08/08 Bientôt la fin des JO… je n'ai pas vu une seule image des JO, et en fait je m'en moque. Les chinois ont maintenant des plus grands stades, il pourront exécuter plus de condamnés à mort d'un coup ! Plus de sang que d'or… la Chine aurait raflé 77 médaille, Amnesty estime à 1250 le nombre de condamnés à mort (2007) en Chine.

chine execution publique

"Spéculoos !"

Par ce cri frigorifiant le cycliste avérti, coupant le souffle à l'automobiliste économe, voici une réponse au problème de déplacement. Aujourd'hui ou l'Isère force, quitte à truquer une étude défavorable, la création d'un tunel autoroutier contesté, aujourd'hui où l'on parle d'écologie en créant un grenelle dont les résultats sont douteux, où l'on parle de voiture verte, mais alors que personne ne souhaite vraiment prononcer la phrase ultime "La seule solution viable à long terme est la sobriété énérgétique." (je n'ai pas dis décroissance, il ne faut pas confondre), à cette heure là résonne le terrible cri "Spéculoos". Le vélo, sorti du fond d'un garage, fait par deux allumés marginaux (mais intégrés socialement), avec un poste à souder à 30€, qui permet, pour moins de 400€ de materiel, de rouler à 40km/h quotidiennement avec une dépense énérgétique d'environ 5 à 10Wh/km, qu'il faut comparer aux au 5 à 10… kWh d'une voiture. un rapport 1000 !, pour un temps environ 2 fois plus élevé pour un trajet réel pendulaire, quotidien…
Sans commentaires !

29/10/07 MAJ le 21/11/07

[EDIT janvier 2008] il y a une erreur sur le calcul à la fin, il y a un rapport 10 en faveur de la voiture, mais ça ne change pas grand chose à l'aberation energétique qu'elle représente ;) 1l d'essence : ±10kWh donc à 6l/100 on dépense environ 600 Wh / km. Pour comparer, mon environnement domestique consomme environ 5kWh/jour, soit environ l'équivalent de 10km en voiture…

janvier 2007 (déjà !)
Écologie… est désormais un nom à la mode. Roulez propre, avec des voitures propres. Oui mais, elle est quand même plus puissante que celle du voisin, sinon je n'achète pas… Mangez bio, oui mais bio qui vient de loin. Pensez écolo, c'est la campagne électorale.
Tout le monde pense qu'il faut faire des efforts pour sauver la planète. Les scientifiques sont unanimes, si nous ne faisons pas d'efforts, nous aggraverons notre cas. Ce qui veut dire déjà que notre avenir n'est pas rose. Chacun en est conscient, mais personne ne veut faire des efforts, c'est aux autres de commencer. 40% des français se disent près à diminuer l'utilisation de la voiture. Quand à payer plus cher des produits "développement durable", il en est hors de question !

Donc Écologie est à la mode, mais seulement jusqu'à la présidentielle… après cela, vive l'égoïsme !

Le comité d'éthique réclame la transparence sur les nanosciences
LE MONDE le 02/03/07

En rendant public son 96e avis, consacré aux "les questions éthiques posées par les nanosciences, les nanotechnologies et la santé", le Comité national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE), a lancé, jeudi 1er mars, une mise en garde visant tant les responsables des principales industries concernées que les pouvoirs publics français et européens.
Le CCNE se refuse certes à "diaboliser" des recherches qui ont pour objectif "la manipulation par l'homme des constituants élémentaires et universels de la matière, atome par atome, à l'échelle du millionième de millimètre : le nanomètre". Pour autant, il observe que les industries d'ores et déjà pleinement engagées dans cette révolution technologique se bornent à évoquer les promesses attendues - sinon les miracles à venir - de cette nouvelle modification inframoléculaire de l'inerte et du vivant.
"Cette attitude est justifiée par le fait que toute forme d'interrogation sur les risques pourrait inquiéter les consommateurs, souligne Didier Sicard, président du CCNE. Mais une telle attitude appartient au passé ! Le consommateur réclame aujourd'hui des interrogations éthiques qui sont une forme, parmi d'autres, du respect des personnes."
Alors que 10 milliards de dollars ont été consacrés en 2005 au niveau mondial à la recherche et au développement dans le domaine des nanosciences, "seulement 40 millions de dollars l'ont été à des fins de recherche sur les effets secondaires éventuels", soit 0,4 %, souligne l'avis.
C'est fort de ce constat que le CCNE formule une série de recommandations. La première est d'obtenir des informations accessibles au plus grand nombre sur "la redoutable propriété ambivalente des nanosystèmes moléculaires conçus par l'homme de pouvoir traverser les barrières biologiques (celles entre sang et cerveau ou entre le foetus et la future mère), ce qui risque d'avoir (...) des conséquences majeures pour la santé".
Le CCNE estime d'autre part indispensable d'investir dans une approche de physique et de toxicologie fondamentales, de développer les outils d'une "nanométrologie" pour la détection et l'identification des nanoparticules. L'urgence est aussi de fonder les bases juridiques d'une loi européenne semblable à la directive Reach sur la toxicité environnementale.
Et le professeur Sicard de prendre date : "Nous nous devons d'être d'une vigilance extrême sur les graves conséquences pour les libertés individuelles et le respect de la dignité humaine si les capacités d'identification et d'interconnexion se développent à l'insu des personnes. Les développements éventuels à des fins militaires ne doivent pas être transférés dans la vie civile sans débat préalable respectueux des personnes."

Jean-Yves Nau

Mais les recommendations, les industriels, ils s'en torchent le c…

Quand la Manche était un fleuve... (23/09/2006)
Où l'on apprend l'origine de la foret de Siscy dans la Manche, où l'on peut comprendre le lien étroit qui il y a entre le Mt St Michel (qu'il faut plutot appeler Mt Tombe vu l'époque) Normand et Anglais, où l'on peut comprendre la dénomination de "Canal" dans les écrit anciens à propos de la Manche… Où l'on peut fait une relation entre les mégalithes français et les mégalithes anglais, ainsi qu'un petit tour par l'origine de la légende du Roi Arthur. Et pourquoi pas d'une certaine civilisation engloutie. Après, tout en 130m de haut pour un océan, c'est beaucoup ! Mais ceci il y a… 17 000 ans… de quoi se poser des questions ?

"Prenez un homme sur un cheval (je parle en connaissance de cause: j'ai fait du cheval presque toute ma vie); eh bien c'est la plupart du temps un homme affable, mais un changement radical se produit dés qu'il enfourche sa monture. Tout homme à cheval devient arrogant, aussi aimable soit t'il lorsque qu'il est à pied. L'homme dans sa voiture est mille fois plus dangereux. Je vous le dis: Si jamais l'automobile venait à se généraliser, cela engendrait un égoïsme terrible chez l'être humain.
Cela entraînerait une violence dans des proportions que nous n'avons encore jamais connues : Ce serait la fin de la famille telle que nous l'avons connue: trois ou quatre générations partageant avec bonheur le même foyer. Cela anéantirait nos relations avec notre voisinage et l'idée même de la communauté. Nous verrions de gigantesques villes se créer comme des cancers, des banlieue résidentielles à la fausse opulence, une campagne aux paysages ruinés, des agglomérations encerclées par des usines destructrices pour la santé, des fermes industrielles spécialisées. Cela ferait de chaque homme un tyran"

Lafferty fin XIX em siècle

Ce qu'on peut lire dans Isère Magazine de Janvier 2006 :
"En Isère, la natalité connait une croissance continue depuis plusieurs années. En 2004, 15 400 bébés ont vu le jour. Soit 1000 de plus qu'en 1999. Au niveau national, la tendance est la même : 700 000 nalssances en 1995, 775 000 en 2000. Le phenomène est presque unique en Europe: seule l'Irlande fait mieux que la France. Notre pays bénéficie de se politique nataliste (allocations familiales, crèches, congés maternité) mais aussi d'un environnement culturel favorable.
Chez nous, les femmes qui travaillent tout en élevant leurs enfants sont valorisées alors que chez nos voisins allemands, elles sont considérées comme de "mauvaises mères".
Comme dans le reste de la France, les mamans font en Isère leurs enfants plus tard - elles ont un peu plus de 29 ans en moyenne et 16% d'entre ont plus de 35 ans.
Les progrès de la médecine aidant, les bébês isérois naissent en bonne santê. Si le poids normal d'un nouveau né tourne autour de 3,5 kg, six bèbês sur 100 pèsent moins de 2,5 kg à la naissance ou sont des petits prématurés, c'est-à-dire nés avant 37 semaines."

Ce que je lis dans ces lignes :
Faites des gamins : la France a besoin de gamins. Ces enfants que vous n'élèverez pas - puisqu'on pousse les parents à bosser, il ne peuvent pas élever leur enfants, logique. Ces enfants donc seront élevés par la France. Cette grande institution consacrera de l'argent pour que vos enfants deviennent de bons citoyens. Consommateurs de sécurité, téléphone portable et autre technologie de manipulation des foules…
Les allemands, eux, sont des mauvais élèves. Dans l'esprit allemands, les mères qui n'élevent pas leurs enfants sont considérés comme mauvaises mères (c'est marqué, hein). Et chez nous une mère qui ne bosse pas est considéré comme pas moderne. On véhicule à travers toute cette information "travaillez, on s'occupe de tout". Ça c'est un coup qui compte double : non seulement on envoie un max de monde au bagne - travailler ne rapporte de l'argent qu'aux actionnaires, c'est bien connu, mais en plus on prépare la progéniture des bagnards à être de futurs bon bagnards… Ils sont doués en communication dans Isère magazine.

Ceci est incompatible avec deux principes lié au développement durable :
Le premier, la décroissance, veut qu'on soit moins nombreux. En effet la Terre compte 6 milliards d'habitants, ce qui fait beaucoup. Les partisants de la décroissance - les altermondialistes prônent donc la diminution de la population. Sachant qu'on vit de plus en plus vieux, il faudrait pour tenir une population constante faire de moins en moins d'enfants.
Ensuite, le développement durable ce n'est pas seulement l'écologie, c'est aussi une remise en question de nos habitude. Peut-être que travailler beaucoup est une mauvaise habitude. Rappelons que depuis la nuit des temps, les humains n'ont jamais autant travailler que depuis la révolution industrielle. Quel intérêt avons nous à travailler beaucoup ? Les enfant préfèrent qu'on s'occupe d'eux, ma fille me le dit tous les jours.

Olivier Clerc, écrivain et philosophe, a envoyé un petit conte d'une grande richesse d'enseignement. Il s'agit du principe de la grenouille chauffée.

"Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à
nager.
La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.
Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée
aussitôt de la marmite.

Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du
temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte".

Regardons dans quel monde nous vivons...
SOMMES NOUS DEJA A MOITIÉ CUITS ?

NÉNÉSite 1999-2017 by JumpifNotZero

Tout ce site et ses composants sont faits sur Mac